Le témoignage d’un grand photographe : Pierre Mougin. Pour confirmer la qualité de mes si beaux papiers !

Papier japonais en fibres naturelle, kozo

Il est normal que vous découvrirez la qualité de ces papiers, on n’en trouve nulle part en France et il y a 6 mois j’ignorai encore leur côté « sacré » et précieux !

Je vous livre là le témoignage d’un photographe que j’ai eu sur Facebook !

Parce que mes papiers sont précieux, les photographes sont mes clients.

tirage palladium sur le plus beau papier du monde Bicchu Trinoko Gampi

  • Jean-Claude Mougin Ce papier est vraiment ne merveille pour qui pratique les images aux sels de fer. Sa surface est veloutée, sa structure compacte, son ph acide est idéal et permet un éclaircissement à l’eau sans acide ou EDTA. Malgré son faible gramage, il est particulièrement solide et ne se déchire pas dans l’eau. Une fois séché il peut apparaître froissé, ce que l’on peut aimer et lui donne une plastique très particulière. Il retrouve son aspect initial à la presse à chaud, et si l’on n’a pas de presse à chaud, il est facile de le coller humide sur une vitre, coller ses bords au papier Kraft, sécher à chaud, ce qui va le tendre et lui donner un aspect parfaitement lisse. Il se colle facilement avec une colle amidon comme le font les lithographes avec des papiers chine ou japon. Une fois collé sur un arche platine par exemple, l’image devient quasiment lumineuse légèrement dorée. J’ai l’impression d’avoir découvert le Saint Graal.

     

  • Agnes Clairand Une telle description du Bicchu, le rend effectivement aussi sacré que le Saint Graal, merci Jean-Claude !

    11 juillet, 16:25 · J’aime

  • Agnes Clairand On le trouve ici : http://www.monuniverspapier.fr/…/602-papier-japonais…

    Papier japonais, Bicchu Torinoko Gampi, 22g, 100% kozo, – Mon Univers Papier

    www.monuniverspapier.fr

    Bicchu Torinoko, papier japonais, 100% en fibres de kozo, réalisé à la main. Dimension 41.9x 54.61 cm Grammage 22 gr.

    11 juillet, 16:25 · J’aime · Supprimer l’aperçu

  • Jean-Claude Mougin J’aurais dû garder ce papier pour moi, comme une sorte de trésor personnel, mais je ne résiste pas à l’envie de le faire connaître, car il est difficile de trouver en France des papiers japonais artisanaux d’une telle qualité et il faut remercier Agnès Clairand de l’importer, et plus elle en vendra et plus nous les amoureux du platine seront assurés que ce papier sera « suivi », et toujours disponible. Le Taizan, que j’ai pratiqué et conseillé il y a peu est bien tristounet quand on les compare et d’ailleurs on ne trouve pas en France.

    11 juillet, 

    Agnes Clairand Je comprends ce dont vous parlez, il y a des papiers que je veux garder que pour moi…je n’y arrive pas non plus…la passion c’est ça, elle se partage ou elle meurt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *